Écrivaillon, poétereau

Écrivaillon, poétereau,
Ou l’art d’écrire sans les maux
Destins croisés, danse une plume
Un cœur brûlé sur une enclume

Je dérive à foison sans foi
Ma chemise à carreaux en soie
L’alcool est cool il se méprend
Me tâche, m’enivre et me prend

(Je t’aime, je t’aime, je t’aime)
L’horizon écrase son thème
Évaporation, terminus
Canne en bois finit dans l’anus

Les bras tombent au tréfonds du trou
Il y a un secret tabou
Vert est l’iris, bleus sont les tiens
Amoureux, plissés quand je viens

D’où sort la magie de l’humain ?
Vient-elle d’une seule main ?
Ouvre la boite aux amoureux,
Aux tabous bleus, aux bienheureux

Je bois à ta joie violacée !
À ta dérive, à ta pensée !
Le sexe des hommes fait rire
Le sexe entre hommes, c’est à dire ?

Il s’agit sûrement d’amour
Au coin, au creux, aux alentours
Versatile, étrange et suave
Je te rejoins, mo (n ma) les lâve !

© Patrick Bonnet, 20 octobre 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s