Le mort amoureux

Le mort amoureux

Il était une fois
Dans un vieux cimetière
Une tombe sans croix
Recouverte de lierre

Un soir de lune blanche
Au détour d’un chemin
Un homme se déhanche
Se tenant le machin

Il est près d’un caveau
Du camée d’un jeune homme
S’évide le cerveau
Dans son âme il s’embaume

Un filet d’ammoniac
Creusé dans une faux
Délivre le maniaque
Libéré de ses maux…

« Une fleur bleue expire
Soulage ma faiblesse
Elle ne sait mot dire
Soupire de paresse

Des certitudes vaines
Dans le fond de mes yeux
Me font ouvrir mes veines
M’offrent des rubis bleus

Dans mon trouble il ne s’aime
Regrette son abîme
À jamais il ne sème
Dans notre souffle intime :

Les graines éternelles,
Le souffle d’un vent clair,
Les belles ritournelles,
Un vertige d’éclair ».

© Patrick Bonnet, 17 octobre 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s