Le Saint Buveur

Sombre hiver incertain, maintes
Cloches d’ardoise qui sonnent
Les vents vides hurlants leurs plaintes
Les sons au loin qui résonnent

Les inquiétants bruits du soir
Vers les sommets des collines
Vallonnés en urinoirs
En d’étranges figurines

L’hiver assombrit au loin
Un curieux Saint alcoolique
Tout près d’une grange à foin
Non loin d’une église en pic

Dans le lointain une flamme
S’aime à se lécher la main
Elle se brûle et s’enflamme
N’aime que sécher la faim

Un triste hiver nous attend
Aussi muet qu’une tombe
Aucune main ne prétend
Tenir le Saint qui succombe.

© Patrick Bonnet, 3 novembre 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s