J’ai aussi bien peur de lui que de moi-même

J’ai aussi bien peur de lui que de moi-même
Il est là tout près de moi
Tapi dans l’ombre du coin de mon bureau
Il me regarde sans sourire
Sans malveillance particulière
Mais étincelle d’une couleur singulièrement propre…
Je tremble à l’idée de croiser son iris chaleureux
La brillance unique de son œil me terrifie
Il s’illumine dès que je pose les yeux sur lui.

Sa nature est double
Il se laisse boire
Sa nature est de verre.

© Patrick Bonnet, 21 juillet 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s