Un enfant parfumé s’endort

Un enfant parfumé s’endort
Loin de la chaleur de son lit
Petit garçon aux cheveux d’or
Au doux visage endolori

Sur une table en émail blanc
Exposé, corps froid solitaire
Amour étouffé jusqu’au sang
Par un père, par une mère

Tu as le visage d’un ange
Sourire figé dans la mort
Le corps dépouillé de ses langes
Abandonné de tout remords

Le cœur oublié dans le vide
Suspendu à un néon blanc
Ton corps nu lentement s’évide
Par un trou, une bouche avide
D’où s’échappe le souffle absent.

© Patrick Bonnet, 2002.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s