Derrière la montagne

Derrière la montagne

Derrière la montagne je suis parti
Au-delà du ruisseau, du caillou en pente,
De l’arbre à l’aiguillon doux au bout verdi
Je suis parti vers une caresse lente.

Près d’une cascade, d’un creux bouillonnant,
Chaudes, humides sont les herbes sucrées,
Seau d’eau mis sur la crête du firmament,
Par les monts, les vallées, j’ai pu t’abreuver.

Je pleure des arbres, des aiguilles tristes,
Des trèfles à moitié endormis, des lys
Défigurés, des tulipes sur la piste
Sombre, morne est l’avenir que la voie tisse.

De-ci de-là, je marche dans la fougère
Je regarde les hommes indifféremment
Mon âme si près du territoire où j’erre
Avec des montagnards rugueux, impudents.

© Patrick Bonnet, 26 octobre 2013.

Publicités

1 réflexion sur « Derrière la montagne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s